Entrainement

Faut-il casser nos habitudes ?

Dans la vie comme dans le sport, les habitudes ne sont pas toujours une bonne chose. Au bout de nombreuses années de pratique, le constat est parfois là, nous grimpons toujours de la même façon, dans des voies plus ou moins identiques et notre niveau stagne. Il nous arrive en plus de répéter les mêmes erreurs sans même le savoir.

Pour me remotiver, j’ai changé mon approche sur les points suivants :

Améliorer mon niveau de force.

C’est la base, une fois celle-ci augmentée nous pouvons la transposer sur des filières différentes, comme la rési et la conti. L’inverse ne fonctionne pas. Pour être en forme au printemps, le top c’est de la travailler l’hiver et faire des rappels dans l’année. Du coup, cet hiver j’ai fait plus de séances de blocs et j’ai travaillé la force des doigts sur poutre. Comme j’avais perdu en force de bras et surtout en  explosivité , mon vieux copain le pan gullïch m’a aidé.

Sortir de sa zone de confort.

Un des freins à la progression est de faire toujours les même gestes,  pour casser cette routine physique, il suffit de diversifier les supports d’entraînement. Le plus simple, c’est de varier les salles pour profiter d’ouvertures différentes, mais aussi de changer de profils. Retourner faire un petit tour en dalle ça réapprend à poser ses pieds efficacement. Quelques séances en gros dévers c’est toujours bon pour nos bras et notre gainage. Pour la falaise, idem, j’ai agrandi mon champ d’action et je me surprends même à retourner dans des voies « old school » que j’avais désertées depuis longtemps.

DSCN1895_Trim_Moment(6) 

Multipliez les partenaires. (de grimpe!)

Pour avoir de nouvelles visions de la pratique, c’est intéressant d’aller grimper avec d’autres personnes qui pratiquent autrement. Celles-ci auront sûrement une autre approche de l’activité et aborderont certainement  d’autres profils. Les séances deviendront donc différentes. Apprendre des autres est une bonne chose. En plus, se n’est pas compliqué, il suffit par exemple de changer nos  jours ou horaires de grimpe en salles, les personnes ne seront pas les mêmes et comme notre sport est convivial on se fait assez rapidement de nouveaux amis. Sachez-aussi que certaines salles proposent des pages sur les réseaux sociaux dédiées pour trouver un partenaire d’assurage sur vos plages horaires redéfinies. 

Casser le rythme des séances.

Un bon moyen d’y parvenir est de partir grimper avec un ami plus fort, il va vous booster et vous faire voir et comprendre d’autres choses. Suivez-le dans son approche et dans ses voies, c’est déstabilisant au départ, mais tellement appréciable de grimper différemment. Même si on n’arrive pas à le suivre partout, on apprend beaucoup et autrement. C’est physiquement intéressant de se mettre dans le rouge. Parfois on est surpris de nos capacités que nous avions, jusque-là, inexploitées.

Mettre des chaussons à sa taille!

D’ici, je vois déjà la grimace de certains. En voyant mes pieds déformés à force d’être engoncés j’ai pris la décision de mettre des chaussons d’une taille presque similaires à ma taille de ville ( juste une en dessous, avant c’était deux tailles endessous). Sur la question de la précision  RAS, je  charge de la même façon sans aucunes perte d’adhérence. Par contre niveau confort, c’est le jour et la nuit car fini les douleurs ! Les matériaux modernes des chaussons d’escalade ne se déforment plus, il suffit juste de les prendre ajustés pour pouvoir profiter pleinement d’eux sans qu’ils se déforment. Avec des pieds qui ne subissent plus de contraintes, on grimpe mieux et de manière plus fluide. La confiance dans nos pieds reste la même avec en prime du confort tout en gardant la technicité du model choisi. Maintenant nous pouvons même choisir sa paire à l’unité. La marque EB propose un modèle que l’on peut acheter individuellement. Si comme moi, vous avez un pied plus fort que l’autre, c’est du sur-mesure. (Mon gauche est en 43 et le droit en 42). On reste précis en adaptant uniquement son chausson à sa morphologie, non pas l’inverse !

Chabreloche.jpg 

Si vous êtes septique un moyen simple sans condition d’achat est de participer à une soirée test chaussons dans votre salle d’escalade préférée. Quelques marques de chaussons le propose. Essayer de vous hasarder sur voies ou blocs avec des chaussons moins étriqué  c’est bien souvent surprenant.

Combler ses lacunes.

Par exemple, je n’aime pas les jetés et je ne suis pas un expert en coordination. Plutôt que de les ignorer, j’ai décidé d’apprendre à les dompter. Maintenant, je m’oblige à aller dans ce genre de voie ou bloc. Au début, j’ai pris des buts mais avec plusieurs séances sur ce thème, ça va mieux. Je ne brille pas, mais je suis plus à l’aise. Ces mouvements sont plutôt typés bloc, mais cela arrive dans croiser en voie.

Jeté 7a_Moment(3) 

Voilà quelques pistes si l’on souhaite casser nos habitudes. Sachez que des chercheurs ont défini que pour créer une habitude, il fallait répéter les mêmes gestes pendant  21 jours. Libre à chacun de les changer ou non. Parfois, il faut en avoir la possibilité, car notre vie professionnelle et familiale dicte notre temps libre. Personnellement, je suis heureux de l’avoir fait, mon escalade a évolué et j’ai beaucoup appris des autres et pris conscience des points que je dois améliorer. La seule habitude que je ne suis pas près de casser : c’est de découvrir , d’apprendre et de partager d’autres visions entre grimpeurs et amis.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s