Point de vue

Ouvreur de malheurs ou de bonheurs

Chaque année, mon club d’escalade renouvelle l’ensemble des voies de son mur pour proposer à tous de nouveaux défis. J’en ai donc profité pour me mettre dans la peau d’un ouvreur.

 

DSCN1657 (2)

Premier défi : ouvrir pour tous et dans tous niveaux.

C’est un premier point à prendre en compte, nous avons tous des morphologies différentes. Dans un club, les niveaux sont disparates, il en faut pour tous les goûts et styles. Proposer des voies avec un seul ou deux pas complexes n’a que peu d’intérêt. Je préfère proposer des mouvements plutôt typés résistance où il faut trouver les bons placements. Pour ceux qui n’ont pas encore le niveau, ils pourront voir leur progression au fil des essais tandis que pour les autres, ils dérouleront tranquillement. De plus, il n’y a pas que des adultes qui vont partager les futures voies, il faut aussi penser aux enfants et ados.

Optimiser les clippages.

Comme expliqué dans l’article  Du mou Linette ! beaucoup de personnes ne grimpent pas en tête au club. Je considère quand même que les lignes doivent pouvoir être parcourues en tête si un jour le déclic arrive.

Ouvrir de nouveaux défis.

C’est là où l’on est le plus inspiré, c’est super intéressant. Au début, on ouvre des lignes dans notre répertoire gestuel. Pour ma part, c’est petites prises tenues en arquée dans du léger dévers, mais grimper ne se limite pas uniquement à cela. Dans la dernière voie que j’ai ouverte, j’ai mis un panel gestuel bien plus varié : une règle à tenir, quelques pinces, des mouvements d’amplitudes, un grand croisé, un plat à tenir suivi d’une relance aléatoire. Pour finir dans un bac  à condition de réussir le grand mouvement dynamique. Le thème de la prochaine voie sera petites prises en tous genres pour résistance dans le dévers. Les champs des possibles sont infinis, la seule limite est la hauteur du mur.

DSCN1660 (2)

Pour ceux qui n’osent pas, je vous invite à tenter l’expérience, c’est toujours enrichissant. Au début, on visse en fonction des mouvements que nous imaginons, ensuite place à l’essai. Parfois, on doit modifier, on rajoute des pieds, on tourne les prises, c‘est intéressant d’ouvrir pour comprendre notre grimpe. On se rend plus facilement compte des variantes de préhensions des prises de mains. Selon leurs inclinaisons, les passages deviennent d’un coup faciles ou bien plus durs. Pour les pieds, c’est encore plus flagrant, leur place ou existence font considérablement varier la cotation. Avant d’essayer pour la première fois  la voie, on se dit que les mouv’s sont réalisables (pour la cotation voulue) mais parfois, on se trompe. C’est très formateur pour apprendre à lire les voies. De plus, les réactions des autres grimpeurs après leur passage sont intéressantes à prendre en considération. Nous sommes tous différents et il n’y a pas qu’une seule façon de grimper. Des mouvements à l’apparence clair ou fluide ne le sont pas forcement pour tous. Le choix des méthodes  varie aussi beaucoup et parfois elles peuvent vous surprendre. Dernière chose à ne pas oublier avant d’ouvrir qu’importe le niveau une voie peut-être une consécration pour certains ou un échauffement pour d’autres…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s