Entrainement, Point de vue

L’entraîne "ment" parfois…

À travers ce jeu de mots, parlons un peu d’entraînement.

Incontestablement c’est le meilleur moyen de progresser par contre, il faut l’adapter à son niveau de pratique. Je vais tout d’abord revenir sur des paroles entendues parfois aux pieds des voies. « Il est trop fort Jean Raoul ! C’est sûr, il s’entraîne, il a une poutre chez lui  » ou  » Depuis 15 jours, je m’entraîne, je grimpe tous les jours » et enfin ma préférée « J’ai envie de grimper dans du 7A, je vais faire du pan Güllich ».
La cotation dans ce blog n’a jamais été mise en avant, mais je vais être obligé de faire une légère entorse à la règle. Si votre prochain objectif est de devenir plus fort gardez en tête qu’ avec une pratique régulière (de 2 à 3 fois par semaine) on peut objectivement approcher, voir même pour certains, dépasser les portes du septième degré sans aucune autre forme d’entraînement que de grimper sur blocs et voies. À partir de ce niveau, il est certain que l’entraînement va devenir nécessaire pour vous élever vers les degrés plus élevés. Les efforts musculaires sont plus forts, l’influx nerveux augmente et certains groupes musculaires seront sollicités d’avantage. Le besoin de préparer son corps à des efforts plus intense se fera sentir.
3f73b-dscn1368
La poutre est le Güllich n’apprennent pas à charger sur les pieds…
L’introduction « d’exercices spécifiques » sur poutres et pan Güllich est une bonne chose. Précisons ici que ces séances doivent se faire sur un organisme bien échauffé et dans des périodes de fraîcheur musculaire. Ne partez pas sur ces agrès en fin de séance, c’est le meilleur moyen pour se blesser croyez-moi. Ils doivent être mis en place dans des séances dédiées, une fois les exercices réalisés vous pouvez vous « détendre » en grimpant, mais jamais l’inverse. On peut aussi les substituer à une séance escalade lors des semaines bien chargées par d’autres de nos occupations (enfants ou travail par exemple) une séance d’une heure sur poutre sous forme de contrats minutes par exemple est tout aussi efficace.
Programmez avec de la progressivité si vous grimpez une fois par semaine commencez par deux séances ensuite au bout de quelques semaines trois. Idem sur la « séance de travail spécifique » que vous souhaitez rajouter. Partez sur une base composée d’exercices faciles et augmentez la difficulté au fil du temps et en fonctions de votre ressenti et état de fatigue. Pensez au repos, le corps n’est pas une machine, il doit récupérer et bien dormir.

Si l’on part dans une démarche de progression, il faut du temps, ce n’est pas en faisant deux grosses séances de poutre ou de pan Güllich que nous allons radicalement progresser. Avant de « bourriner » analysez vos points forts et faibles, c’est une bonne base pour orienter son entraînement. Pensez à noter les exercices (nombre de répétitions, temps d’effort) cela aide à contrôler la progression.

 

b9370-dscn14022b252822529

 

Par exemple, il y a quelques temps, je me suis rendu compte que je tenais en « arqué » toutes les prises (même les plats) et que je ne grimpais jamais en « tendue » . Partant de ce constat, j’ai introduit des séances de poutre 1 fois par semaine (en plus de mes 2 séances hebdomadaires) uniquement sur cette préhension pendant 3 semaines. J’ai gagné en force et depuis, « j’arque » beaucoup moins même si j’adore çà. Depuis, je réalise des « rappels de force » sur ces prises, mais j’ai aussi rajouté les mêmes types de rappel sur les plats et pinces.

Beaucoup de grimpeurs négligent le foncier, c’est intéressant de le travailler surtout avant des périodes riches en entraînement, c’est une bonne base de préparation physique avant les futurs efforts. Le corps encaisse mieux et on peut même glisser un peu de « récup’active » durant les jours de repos en faisant du footing ou du vélo.

Le but de cet article est de prévenir d’un entraînement non réfléchi ou d’une reprise à l’entraînement trop rapide. En ce début d’année, chacun prend des bonnes résolutions, il serait dommage de se blesser en commençant juste l’année. Pour ma part, j’ai fait un « break » pendant les vacances de noël. J’ai commencé par un peu de natation (il fait trop froid pour courir.) Lors de mes prochains entraînements, je vais augmenter progressivement l’intensité ainsi que le volume. Ces lignes  concerne surtout ceux qui ont envie de « performer » cette année ou qui rêvent de franchir un cap. Je les encourage, tout en les mettant en garde. Ne partez pas trop vite dans des méthodes complexes ou fastidieuses. Gardez en tête le mot « progressivité », car tout vient à qui sait attendre. Je ne vous présenterez ici aucune méthode ou exercice, je laisse la main aux personnes plus compétentes qui maîtrise le sujet. Pour cela je vous invite à consulter ces deux articles de La Fabrique Verticale:

Tutoriels pour progresser à la poutre.

Aborder le pan Gullich en douceur

 

356a7-dscn13222b252822529
On peut aussi travailler la lecture sur poutre 😄
Plus sérieusement un dernier conseil, le meilleur levier pour booster l’entraînement, c’est le plaisir. Il n’y a pas de solution miracle mis à part de grimper le plus souvent possible. Écoutez votre corps, n’oubliez pas que c’est le seul endroit au monde où nous sommes obligés de vivre…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s