Point de vue

Réviser ses classiques.

 
Tout se déroule au printemps, c’est la première sortie de l’année l’envie de grimper est là, le temps frais reste sec et en plus le soleil est au rendez-vous.
 
Il est vrai qu’à première vue, tous les facteurs sont réunis pour passer une journée de rêve (conditions météo, collante, bon état de forme). Seulement, voilà, malgré tout cela, curieusement, je n’éprouve pas le besoin d’en découdre dans la voie que je me suis fixée cette année.
Du coup que faire?

« Fais-toi plaisir retourne dans les voies que tu aimes  » me dit la petite voix. Que cette idée fut bonne, j’ai passé la séance complète à répéter les premières longueurs incontournables du site.

6aaf8-dure2b25c325a9tique

Quel bonheur cette reprise de la grimpe tout simplement complexe avec de la marge dans les voies, mais où par moment, il faut s’employer, car je ne me souviens plus des méthodes et cela ressemble parfois à du à vue. Mais c’est vraiment sympa de ré enchaîner ces lignes qu’il y a quelques années étaient de vraies consécrations. Cela permet aussi de mesurer le chemin parcouru en termes de progression.

Tout cela pour vous inviter à réaliser ce genre de séances, elles sont 100 % bénéfiques. D’un point de vue entraînement, cette journée a amélioré  plusieurs qualités nécessaires à notre discipline :
la première est le physique, au final, j’ai fait du volume  en enchaînant un grand nombre de voies en dessous de mon niveau max.
La deuxième est le mental, c’est bien beau de se sentir en forme, mais faut-t’il encore se le prouver, ce fut chose faite et je vous assure que je suis rentré avec la banane.
La troisième est l’aspect tactique comme je vous l’ai dit, j’ai dû me réorganiser (se replacer correctement dans la voie pour effectuer correctement les mouvements) pour trouver la bonne méthode et pour ne pas prendre un but. Et plus c’est valorisant de se dire que dans les parties plus soutenues, on peut rester lucide pour trouver les clefs des pas…

Mais le plus important reste l’amitié. Quand on grimpe nous ne sommes pas seul, c’est un partage notre assureur voit ce que nous vivons, c’est lui le miroir de nos émotions. C’est lui qui est toujours là pour nous encourager ou nous rassurer, parfois même pour nous consoler. Il n’est pas seulement présent pour donner du mou où nous prendre sec. L’effort ne se fait pas seul mais bien souvent à deux.

Youtube lavoieenlibre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s